Humide été (3)

    Essai transformé ! Sous l’impact de son plus puissant coup de pied, le mini cabot s’envola d’au moins quatre mètres avant que ce qui ne reste de sa tête d’épingle ne s’écrase en bouillie dans le caniveau. Cédric éprouva du bonheur, un bonheur sincère et jubilatoire, il riait franchement et chantait même un peu, ça faisait un bail ! Ah ça ! Il ne l’avait pas loupé la satanée bestiole ! Pleine mâchoire, de toute sa force, avec tellement d’élan qu’il avait fini par glisser et se retrouver le cul dans sa propre mare de pisse ! Il s’en foutait pas mal,  comblé d’avoir enfin pu tuer un chien de ses propres pieds, pour ainsi dire, sans stratagème élaboré ni ruse pathétique. D’habitude, il se contentait de laisser discrètement quelques boulettes de bœuf empoisonné sur la chaussée ou dans les parcs, dans le meilleur des cas et quand il ne se sentait pas épié, il en jetait dans les jardins des foyers qu’il savait pro-canidé. Pas de sa faute si l’idiote de gamine des Gautier avait été trop curieuse et gourmande. Ils ne leur apprenaient donc pas, à l’école de la République, qu’il ne faut pas se laisser aller à ses vilains défauts ? Ils ne devaient pas apprendre grand chose non plus à l’école de police, l’enquête n’avait jamais aboutie… Il se remit résolument en route, le sourire aux lèvres et l’envie décuplée de fêter sa réussite avec une bonne bière ! Il faudrait qu’il étudie un peu mieux les habitudes des gens du village, peut-être y avait-il un créneau béni, durant les chaudes journées d’été, où tout ce vilain petit monde disparaissait bel et bien… En course, à la piscine, à la mer, à la montagne, entrain de faire la sieste ou de s’envoyer en l’air, peu importe les vaines activités de ces futilités sur pattes tant qu’ils restaient invisibles !

    À sa plus grande surprise, c’était bien le cas sur le parking, pas un chaland en vue ! Un amas de voitures incandescentes mais personne n’en sortant ni n’y revenant avec son caddie plein de surgelés. Ça devait être un sacré foutoir dans le supermarché mais il était prêt à affronter l’inconsistante marée humaine fort de son récent exploit animalo-sportif. Devant l’entrée, c’était la première fois qu’il les voyait ici, était postée la triplette d’incompétents gendarmes du coin. Il leur lança un jovial « Alors les poulets, on rôtit sous l’cagnard ?! » qui ne sembla pas les échauder plus qu’ils ne l’étaient déjà, leurs chemises étaient trempées de sueur et ils avaient même fait tomber le képi ! Cédric passa la porte et prit malgré lui une grande bouffée de clim fraîche qui acheva de le dessaouler. La dizaine de caisses étaient ouvertes mais pas un connard n’y faisait la queue. Il se réjouissait déjà de devoir aller jouer des coudes dans les rayons bondés. Cap sur la bière !

À suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s