France. Mai 2027.

Je ne sais que penser. Je ne sais que choisir. Je ne sais que voter. Faut dire que tout s’est dégradé si vite. Sans me laisser le temps de m’en apercevoir. J’ai presque quarante ans. J’ai une femme toute aussi adorable que mes deux enfants. Je viens d’être nommé associé d’un cabinet de consulting réputé. En 2012, j’aurais été heureux. J’ai même une piscine.

En 2027, je suis de ceux qui ne comprennent pas. De ceux qui ne comprennent plus. De ce qui n’arrivent plus à comprendre. Ma femme en est aussi. Mes enfants eux ne cherchent pas encore à comprendre. Ils n’ont rien à comprendre après tout. Tout devient banalité en quelques heures pour eux. Tout n’est qu’une fosse grandissante pour moi. Un vide effrayant. Dont je me rapproche dangereusement.

Pourtant, je suis celui que je voulais être. Je voulais faire carrière. J’ai travaillé dur pour cela. J’en étais fier. Mes proches aussi. Certains me jalousaient presque. Une carrière. Fils d’ouvriers, je me sentais même comme étant un modèle de l’éclatement des classes sociales. Vraiment. Je me sentais comme un symbole de l’Egalite des chances. J’y croyais. L’argent n’était pas un obstacle. La règle n’était pas un obstacle. L’adage n’était pas un obstacle. La normalité n’était pas un obstacle. L’origine n’était pas un obstacle. La cause naturelle n’était pas un obstacle. Selon moi. Selon les technocrates. Selon les bureaucrates. Tout n’était que détermination. J’étais determiné.

Je suis de la classe des « bac+8 ». Des ratés. Comme 80 % de la population active. C’est ce qui arrive. A trop vouloir promouvoir l’accès aux études. Seuls quelques uns n’y ont pas cru. Les privilegiés. Ils ont eu raison. Ils sont agriculteurs. Ils sont ouvriers. Ils sont tout. Ils sont rares. Ils sont riches. Ils attirent toutes les ferveurs. A l’approche des élections présidentielles, les candidats se battent. Pour eux. Pour leur baiser les pieds. Surtout la Droite. Heureusement, la Gauche est de notre côté. Du côté des « cadres inférieurs ». Du côté des présidents. Du côté des directeurs. Pour réduire le chômage qui nous touche. 23,7 %. Pour augmenter nos salaires. 2 000  balles. Heureusement, nous sommes revenus au Franc sous Marine. 10 ans déjà. Par contre l’arrêt de l’export. On a souffert. C’était tendance. On en raffolait.

J’ai envie de partir. Loin. Vers les nouveaux eldorados. Kirghizistan. Ouzbékistan. Mali. Bolivie. Oman. Le « KOMBO ». Ils ont besoin de gens comme nous. Mais on ne peut partir. L’Europe est déchirée. Les Etats-Unis ne sont plus. L’Asie est un chaos. L’Afrique est sur peuplée. Ses pays se livrent une guerre. Une guerre du « progrès ». Quelle bêtise. J’aimerais le leur dire. Mais les communications sont limitées. A la France. Qu’il est presque impossible de quitter désormais. Kim Jung-Un s’en félicite. En 15 ans, il a imposé sa vision au monde.

L’angoisse me pénètre. Chaque jour davantage. Je suis rongé. Par cette incompréhension. Par cette situation. Par cette réalite. J’étouffe. Tout est sale. Sali. Pollué. Les 38 degrés de ce premier jour de Mai n’arrangent rien. A cette sensation. A mon pessimisme. Je n’ai plus de rêves. Eventuellement, un espoir. Une possibilité. La possibilité d’une libération. La possibilité d’une planète. Ils l’ont appelée Melancholia. Elle a déjà frolé la Terre en 2012. Le 21 décembre. Je crois. Ce fut effrayant. Ils disent qu’elle est à nouveau très proche. Ils disent qu’elle est une menace pour la Terre. Plus pour moi. Ils disent qu’une collision est possible. Espérée. Ils disent qu’elle pourrait tout détruire. Me sauver.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Stalagtilte dit :

    Quel optimisme ! Malheureusement, 2027 n’est pas pour demain. Un extrait de Melancholia http://www.youtube.com/watch?v=HmQ1YQvViD4

  2. petrucciu dit :

    Intéressant, et de quoi me dissuader de reprendre mes études. De là à envisager que les paysans et ouvriers formeront une classe privilégiée… Un article sur les prolos qui fuient la ville : http://www.monde-diplomatique.fr/2010/08/ELIE/19531

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s