Petit Papi Noël (3)

Première partie : « Pré-réveillon »
Deuxième partie : “L’apéro”

3. Le diner

                J’aide mon père à servir l’entrée, l’apéro a trop duré, il est complètement saoul. Il tient à ce qu’on dîne au champagne en plus… POP, il fait sauter le premier bouchon ! Il veut absolument qu’Emma et Clara gouttent le brut prétextant que la seule différence avec le Coca, c’est la quantité de sucre. Je lui dis gentiment de se calmer en l’embrassant sur son bonnet rouge, il baisse d’un ton. Patrick commence à être un peu agacé mais reste stoïque et attaque résolument sa coupe. Les petites sont aux anges car Papi Noël vient d’éternuer une huître dans sa serviette, il faisait déjà la même blague quand j’avais leur âge et je riais tout autant. Ce n’est pas si éloigné des bêtises de mes élèves : crottes de nez sous les chaises et chewing-gums dans les cheveux, mais en classe, cela ne me fait pas rire du tout. Très bon choix les huitres, il parait que c’est aphrodisiaque, je donne la moitié de ma douzaine à Patrick qui n’est pas très chaud en ce moment, trop stressé et fatigué par le boulot… Moi, ça fait bien deux semaines que j’ai le feu au cul ! Je lui ai parlé de faire un troisième enfant, j’aimerai bien lui donné un fiston.

               Papa insiste pour couper lui même la dinde un peu trop cuite et beaucoup trop grosse. Il la charcute comme il peut et nous sert de bons morceaux indéfinis, çà l’amuse d’amuser autant les petites, c’est le principal. Deuxième bouteille de champagne, il s’est envoyé la première quasiment tout seul. Je ne le blâme pas de boire autant depuis la mort de maman, il l’aimait énormément… Il a tout de même soixante-quinze ans,  je ne vais pas lui donner de leçon sur la manière de finir sa vie. J’en donne déjà assez à mes élèves sur comment bien débuter la leur mais ça ne les passionne guère, moi non plus d’ailleurs… Comme nombre de collègues de mon âge, je ne suis pas rentrée dans l’éducation nationale par vocation mais car c’était la voix qui semblait la plus simple et la plus confortable après une réussite toute relative à la FAC. Histoire, socio, philo, psycho, nous sommes légions à avoir pris place sur l’estrade, à l’abri du licenciement et du surmenage, pour arroser de savoir les jeunes pousses de la nation. Cette année, je m’occupe d’une classe de CE1, bonne pioche, encore assez malléables et attendrissants pour la plupart. Patrick se lève pour aller aux toilettes, outre mon père qui lui tape sur les nerfs, le champagne semble lui taper sur la vessie. Emma et Clara n’ont plus faim, leur grand-père continue ses guignolades dont elles sont toujours aussi friandes. Je m’esquive à mon tours vers les cabinets, Patrick en sort tout juste en se rebraguettant. Je reprends le numéro entamé dans la voiture, je relève doucement ma robe en ondulant du bassin et lui dévoile ma croupe moite et tendue. Surprise ! Pas de culotte, comme Papi Noël ! Il se redébraguette illico, c’est parti mon Tritrick !

Quatrième partie : « Les cadeaux »

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s