Petit Papi Noël (1)

            1. Pré-réveillon

               Je suis loin d’être le seul à me précipiter au Toys « Я » Us après cette longue journée de boulot. C’est la cohue des retardataires, pire que les soldes. Évidemment, je ne retrouve plus la lettre destinée au père Noël soigneusement rédigée par ma femme sous la dictée de nos adorables filles, Emma et Clara, quatre et sept ans. Si je me souviens bien, outre les souhaits financièrement irréalisables et les autres délires relevant de la fertile imagination enfantine, la grande veut une Barbie et la petite, pour faire comme la grande, veut une Barbie aussi… Le rayon consacré est plein de pauvres papas paumés au milieu des nombreuses déclinaisons de la célèbre poupée : Barbie star de la mode, Barbie apprentie princesse, Barbie Sirène Surfeuse Merliah ou encore, Barbie Glamour à Paris. Cette dernière ressemble étrangement aux toutes jeunettes putes de l’Est qu’on peut voir le long des Maréchaux ou sur certaines routes nationales. J’opte pour la simplicité et prends Barbie soir de Noël et Barbie Maîtresse d’Ecole, cette dernière fera surement sourire leur mère, c’est son métier. Après une bonne heure de queue, je rejoins le RER plein à craquer et arrive crevé à la maison sous les traditionnels et insupportables chants de Noël. J’ai laissé le sac de cadeau à la porte, je le dis discrètement à ma femme, qu’elle aille faire les paquets dans le garage le temps que j’occupe les petites. Elle me chuchote que j’aurai du m’en soucier plus tôt, qu’avec moi, c’est toujours au dernier moment…. Je l’esquive joyeusement pour étreindre mes deux chipies. J’ai besoin d’un petit apéro avant le grand départ pour l’autre bout de la banlieue.

                 Comme tous les soirs de réveillon, nous allons chez mon beau-père, Noël… C’est la fierté des petiotes, elles ont un authentique Père Noël comme grand-père ! Il enfile généralement un bonnet rouge à pompon et ne se fait pas prier pour faire le pitre avec une hotte improvisée. Elles ne sont pas dupes, elles ont compris que ce n’était pas le vrai, celui qu’elles voient à la télé et qui passe par la cheminée, mais elles l’aiment quand même beaucoup leur «Papi Noël». Sa fille aussi, surtout depuis le décès de «Mamie Noël»  il y a quatre mois, elle s’est rapprochée de lui. Elles vont souvent le voir, mes trois petites femmes, le mercredi ou le week-end. Moi, je me contente des grands événements annuels. On ne s’est jamais vraiment entendu, il reste courtois mais m’a toujours fait sentir que je n’étais pas son genre de gendre. Il faut dire que j’avais aussi la côte avec sa femme, en plus de sa fille unique chérie, je peux comprendre la jalousie du vieux. De ce côté, je serai tranquille à priori, avec Emma et Clara, j’ose espérer qu’il y en aura au moins une qui fera les bons choix sentimentaux. Et puis, j’ai peut-être une chance statistique supplémentaire de bonheur paternel, depuis peu, ça démange sévèrement Séverine de réenfanter avant ses trente-cinq ans. Quand je vois sa robe de laine pourpre remonter doucement au dessus de ses genoux sur le siège passager, j’hésite un peu. Je n’aimerai pas qu’elle reprenne trop de poids mais j’ai quand même très envie de lui faire plaisir. Elle me sourit coquinement et remonte encore un peu sa robe, j’entrevois un brin de dentelle… Voila, on arrive chez Papi Noël.

Deuxième partie : « L’apéro »
Troisième partie :“Le diner”
Quatrième partie : « Les cadeaux »

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Robin dit :

    Bon début, vivement la suite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s