La coalition des mous

             La plupart de mes contemporains sont imbuvables et bêtes. Prudents, bien heureux et lâches, ils représentent une drôle de confrérie : la coalition des mous.

Pêche aux mous

              Du genoux, du gland, du cervelet, pas une de leurs cellules ne résiste à la facilité consumériste, à la geignerie sentimentale et à la misère métaphysique. De nos jours, tout est flasque et tout le monde est content. Les propagandistes divers n’ont même plus besoin de slogan frappeur pour pilonner les esprits. Les cobayes ont ingéré et digéré leur propre médiocrité et ont fini par y prendre goût. Miam miam la mélasse merdouilleuse des masses !  Yabon la délicieuse plouquerie élitiste !

« -Vous en reprendrez bien un peu ?               -Volontiers mon cher monsieur !»

                   La ratatouille est broyée dans un sale récipient de téflon rayé par un batteur de plomb. Y’en aura pour tous les affamés et les déjà gavés ! La mixture s’ingurgite sans même qu’on s’en rende compte et le transit est simple et mémorable: on chie exactement ce que l’on vient d’avaler, puis, on le remange de suite. Beaucoup d’économie, aucune perte, c’est l’écologie buvable !

Tu seras un mou, mon fils...

                  La coalition des mous, c’est une grande soupe de gros cons qui mijotent dans le chaudron du diable. Ils s’agglutinent les uns aux autres afin de se rassurer et quand ça commence à bouillir, lorsqu’une cervelle gicle, tous les croutons se battent pour l’absorber. Ça ne laisse pas de trace et ça ne déborde jamais. Ils se suçotent jusqu’à la moelle des os, jusqu’aux tréfonds de leurs entrailles macérées et de leurs cœurs rôtis sans jamais parvenir à se repaitre. La marmite reste pleine à rabord en continu. Pas un pêcheur curieux n’oserait y jeter ses filets, pas une embarcation ne surnagerait bien longtemps à la surface de cette pyramide des Bermudes et, si par hasard, une âme pure venait à s’en approcher, le chant des mous, insidieusement, parviendrait à ses pavillons et de sa lancinante mélodie, l’entrainerait dans son infâme ragout.

Mijoté de mous
Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Buse variable dit :

    Un énième texte pessimiste et amer à la limite de la masturbation intellectuelle. Désolée mon grand, tu sais que j’apprécie beaucoup ta poésie et tes textes de chansons mais là tout ce que je lis dans ce blog me fait lever les yeux au ciel voire me dépite.
    Merde quand est-ce que les gens vont arrêter de se plaindre, de rendre toute chose morose et fade, de traiter leur prochain de mou, de pigeon, de parigot (critique à attribuer à un autre article « je-vaux-mieux-que-les-masses » de ce blog) et j’en passe. Est-ce que c’est ça la mode? Est-ce qu’être optimiste et humaniste c’est « carrément has-been »?
    Allez, continuez de palabrer sur la médiocrité de ce monde, après tout les has-been ne peuvent pas comprendre et surtout ils sont indécrottables. Je pense juste qu’il y a eu méprise sur le titre de ce blog, car vos sens sont inhibés par vos névroses parisiennes.

    1. Stalagtilte dit :

      Tu es bien sévère pour un blog qui vient d’ouvrir ses portes. Tu as cependant raison, beaucoup de critiques pour si peu d’action et de proposition. Attends un peu que les textes et les contributeurs se diversifient avant de porter un jugement définitif.

  2. Swannu dit :

    Mais ouais attends, va y avoir un programme sur ce blog, de sacrées propositions, y’en aura tellement qu’on ne saura plus laquelle choisir. Le Jugement Dernier d’Enquête de Sens n’est pas encore arrivé. Laissons le ventre de la bête accoucher de beaux bambins plein d’épines. Le Rubicon n’est pas encore franchi. La barque vivote sur les remouds de nos âmes névrosées. Faut pas s’en faire, des enfants aussi disgracieux ne peuvent baver que divinement.

    1. fsantoni dit :

      Quenelle de sens!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s